En conclusion du 6ème Sommet Union – Union Africaine 2022 en février 2022, le contexte suivant a été souligné:

  • De nouvelles perspectives et de nouveaux défis émergent des changements économiques, politiques, sociaux, technologiques, démographiques, climatiques et environnementaux.
  • Le sommet s’est déroulé dans un contexte très difficile, l’Afrique ayant été durement touchée par la pandémie, ce qui a mis en évidence les disparités entre les systèmes de santé, la reprise économique et, surtout, la capacité de production de vaccins.
  • L’impact commence à se faire sentir : hausse des prix des denrées alimentaires, hausse des prix des carburants, qui se répercutent sur l’Europe et l’Afrique. Il est donc urgent de tenir les engagements du sommet.

La déclaration commune du sommet a mis en évidence les points suivants :

  • Une Afrique et une Europe prospères et durables.
  • Une coopération renouvelée et renforcée en matière de paix et de sécurité,
  • Un partenariat renforcé et réciproque pour la migration et la mobilité,
  • Un engagement envers le multilatéralisme

Une communication conjointe a été publiée, intitulée “Vers une stratégie globale avec l’Afrique”, qui souligne les points suivants :

  • Le paquet d’investissement Global Gateway Afrique-Europe (150 milliards d’euros d’investissements) est un paquet politique mais avec des orientations concrètes et claires qui répondent aux ambitions de l’Afrique et au renforcement de son autonomie stratégique. S’inscrivant dans le cadre de Global Gateway, la nouvelle stratégie de l’UE vise à stimuler les liaisons intelligentes, propres et sûres dans les secteurs du numérique, de l’énergie et des transports et à renforcer les systèmes de santé, d’éducation et de recherche dans le monde entier. Dans le but de soutenir l’Afrique pour une reprise et une transformation forte, inclusive, verte et numérique.
  • Le paquet d’investissement fonctionne à travers une série d’interventions concrètes et de programmes phares, provenant de l’appui budgétaire, des projets, de l’assistance technique et du financement innovant (mélange et garanties) principalement au niveau national et régional avec une articulation au niveau continental. Les partenaires Autorités nationales, autorités locales, organismes régionaux, organisations multilatérales, institutions financières, secteur privé, société civile. En outre, il comprendra des plateformes de dialogue d’accompagnement à différents niveaux (plateformes thématiques existantes, Forum des affaires Europe-Afrique, AEF…). Plus précisément, les délégations de l’UE seront les premiers points de contact pour les partenaires africains publics et privés, en tant que “plateformes nationales Team Europe”. L’UE met l’accent sur une approche “Team Europe”, définie par des efforts collectifs et une coordination entre les États membres.

Le secteur de l’enseignement supérieur africain a la possibilité de soutenir l’accélération de la transition de l’Afrique vers une économie fondée sur la connaissance scientifique et l’innovation, au profit du développement durable et de la transformation socio-économique. Il fournit du capital humain, en donnant un coup de pouce au marché du travail et en dotant les jeunes des compétences nécessaires pour prospérer dans un monde en mutation. La déclaration du sommet l’a souligné, en accordant une attention particulière aux domaines les plus innovants, comme l’économie numérique, ainsi qu’à l’éducation et à la formation inclusives de qualité, qui sont nécessaires pour façonner un agenda moderne qui soit intelligent, vert, global, inclusif et animé par des valeurs.

Les “transitions vertes et numériques”, qui nécessitent “une éducation, une recherche et une innovation à l’épreuve du temps, en étroite coopération avec les industries et les parties prenantes concernées“, sont nécessaires pour remédier aux importantes disparités qui existent en Afrique. Le sommet met l’accent sur les partenariats pour les compétences et sur un développement efficace et pertinent des compétences afin de répondre aux besoins émergents et d’élaborer un programme moderne qui soit intelligent, écologique, global, inclusif et fondé sur des valeurs. Le potentiel d’innovation et de technologie des universités doit être mis à profit pour relever les défis sociétaux connexes ; d’excellents environnements d’éducation, de recherche et d’innovation permettent de développer des compétences de haut niveau, de créer des connaissances révolutionnaires et de les traduire en applications pratiques. En outre, le secteur de l’enseignement supérieur africain peut s’appuyer sur les programmes et initiatives de l’UE (Erasmus+, Horizon Europe, MSCA, ARISE, programme de mobilité académique intra-africaine, HAQAA) et les programmes des États membres, les réseaux et centres d’excellence existants aux niveaux régional et continental et les programmes nationaux.

https://www.consilium.europa.eu/media/54412/final_declaration-en.pdf, https://erasmus-plus.ec.europa.eu/)

Leave a Reply

Your email address will not be published.