i.         Réunion du Conseil consultatif de HAQAA2, réunion de l’équipe de relance de l’ACTS et de développement des UFC, Abidjan, 7 – 10 juin 2022

L’équipe de mise en œuvre de HAQAA2 – OBREAL Global, AUA, DAAD et ENQA – a réuni plus de 50 représentants d’Afrique, d’Europe, d’Amérique latine et d’Asie du 7 au 10 juin 2022 à Abidjan, en Côte d’Ivoire. L’événement était co-organisé par RAFANAQ et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de Côte d’Ivoire. Trois événements ont été organisés coup sur coup : la réunion du Conseil consultatif de la HAQAA2, l’atelier sur le Système africain de transfert de crédits (ACTS) et la réunion de l’équipe de développement de l’Unité de données politiques (PDU).

La première réunion physique du conseil consultatif HAQAA2 s’est tenue les 7 et 8 juin 2022 et a rassemblé les membres du conseil des principaux partenaires stratégiques de HAQAA2 : la Commission de l’Union africaine (CUA), l’Association des universités africaines (AUA), l’Association régionale des universités sud-africaines (SARUA), le Conseil interuniversitaire d’Afrique de l’Est (IUCEA), l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), l’Union des universités de la Méditerranée (UNIMED), le Réseau d’assurance qualité d’Afrique de l’Est (EAQAN), Conseil National d’Evaluation de la Qualité de l’Enseignement Supérieur (CNAQ), L’Autorité Nationale d’Assurance Qualité de l’enseignement Supérieur (ANAQ-Sup), Le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES), Arab Network For Quality Assurance in higher Education (ANQAHE), Association of Arab Universities (AArU), South African Quality Assurance Network (SAQAN), Africa Students and Alumni Forum (ASAF), All African Students Union (AASU), European Universities Association (EUA) et UNESCO.

Les membres du conseil d’administration ont partagé les principales activités de leurs organisations respectives, telles que l’étude de l’IIPE de l’UNESCO sur les parcours d’apprentissage flexibles, le réseau universitaire et de recherche de l’IUCEA pour l’intégration régionale, le soutien du CAMES au développement d’agences nationales d’assurance qualité, l’évaluation des écoles doctorales par l’ANAQ-Sup Sénégal, la stratégie 2021-25 de l’AUF : “Francophonie scientifique – employabilité, insertion, entrepreneuriat”, le Conseil de l’AArU pour l’AQ et l’accréditation des institutions membres, le cadre national d’AQ du CNAQ, les plans de l’AASU pour un pool d’experts étudiants pour l’AQ et l’évaluation, et le suivi de l’UNESCO Abuja concernant la Convention d’Addis, y compris une feuille de route et des points focaux.

Les membres du conseil d’administration ont été informés des activités actuelles de l’HAQAA2, à savoir (i) les projets de diffusion visant à promouvoir et à faciliter l’utilisation et la pénétration des normes et directives africaines en matière d’assurance qualité, (ii) la consultation lancée pour l’Agence panafricaine d’assurance qualité (PAQAA), (iii) l’étude comparative de l’intégration régionale dans l’enseignement supérieur et le MOOC en cours d’élaboration, (iv) les examens d’agences et les visites de consultants et (v) le travail de l’équipe de développement de l’unité de données politiques.

     ii.         Soutien au CESA

Consultation de l’Agence panafricaine d’assurance qualité et d’accréditation (PAQAA)

Le groupe de travail technique HAQAA2 pour la création de l’agence continentale (PAQAA) a proposé et soumis à la Commission de l’Union africaine des scénarios pour la création de l’agence. La prochaine étape consiste à mener une consultation sur la proposition afin de sensibiliser à la PAQAA et à son mandat éventuel, de susciter un débat sur la meilleure voie à suivre pour sa création, et de susciter l’adhésion des parties prenantes à la mise en œuvre de la PAQAA et à sa structure de gouvernance éventuelle. La consultation a été lancée : Elle est basée sur une enquête, en quatre langues, qui a été diffusée à plusieurs groupes de parties prenantes clés, notamment les agences d’assurance qualité, les autorités nationales de qualification, les universités et les communautés économiques régionales.

Un rapport de synthèse de la consultation sera validé lors d’une réunion prévue en octobre 2022, accueillie par la CUA à Addis-Abeba. Il comportera des recommandations sur le cadre général de la mise en œuvre juridique et financière du PAQAA et une voie pour optimiser les ressources, les actions et les résultats obtenus. Il fournira également une évaluation approfondie des risques et proposera finalement une voie à suivre. La CUA pourra utiliser ce rapport pour décider des prochaines étapes concernant l’établissement/la mise en place de l’agence. Équipe de développement de l’unité des données politiques

L’équipe de développement de l’unité de données politiques (PDU) de l’initiative HAQAA2 présidée par l’Association des universités africaines entreprend actuellement la cartographie des sources de données, des projets et des initiatives existants liés aux données de l’enseignement supérieur africain – en mettant l’accent sur leurs moteurs, leurs approches, leurs réserves, leurs opportunités et leurs besoins en matière de capacité de collecte de données à différents niveaux. L’équipe de développement de l’UFC s’est réunie à Barcelone les 16 et 17 mars 2022 pour examiner les progrès réalisés en vue de l’achèvement de la cartographie des sources de données sur l’enseignement supérieur en Afrique. Elle s’est ensuite réunie à Abidjan les 9 et 10 juin.

L’équipe utilise la recherche documentaire, les entretiens et les groupes de discussion pour examiner les initiatives et les acteurs actuels et le rôle qu’ils jouent dans la collecte de données à différents niveaux. L’équipe analyse les cadres institutionnels et juridiques multiniveaux de la collecte de données aux niveaux continental, régional et national. Elle examine les paramètres et les définitions des données et la manière dont ils façonnent les politiques de l’enseignement supérieur. Les évaluations portent également sur les besoins en matière de renforcement des capacités à plusieurs niveaux. Les résultats du travail de l’équipe de développement de l’UFC seront utilisés pour produire un rapport qui informera la voie à suivre pour élaborer un plan de travail pour une collecte de données plus cohérente pour le développement de politiques en Afrique.

   iii.         Projets de diffusion des cours de formation HAQAA2 – Sélection et événement de lancement

En collaboration avec des experts régionaux issus d’autorités réglementaires africaines et de réseaux universitaires tels que le CAMES, l’IUCEA, le SARUA ou l’ANAQ-SUP, le CNAQ et le NAQAAE, un programme de formation continue sur mesure a été élaboré pour le PAQAF2 sur la base des Normes et directives africaines pour l’assurance qualité (ASG-QA). Ce programme a permis de présenter les différents instruments du PAQAF tout en offrant une plateforme qui permettra aux participants des pays africains participants de dialoguer entre eux ainsi qu’avec les formateurs africains et européens.

Intitulés “IQA-4-Afrique – De la politique panafricaine à la pratique”, ces cours ont été organisés en ligne de novembre 2020 à décembre 2021. Au total, deux formations anglophones et deux formations francophones ont été proposées, les pays de l’UA étant regroupés selon des critères régionaux et linguistiques.

Afin de renforcer l’impact des activités de formation et d’établir un réseau pour la diffusion durable du contenu des cours au niveau national et institutionnel, des projets de diffusion nationale ont été proposés à certains anciens participants aux cours de formation HAQAA. Il s’agit pour les participants de mettre en œuvre des projets de multiplication dans leur pays d’origine, cofinancés par l’initiative HAQAA. Ils cherchent à contribuer à une diffusion locale plus intense et à l’adoption institutionnelle de l’ASG-QA et à multiplier les résultats des cours de formation HAQAA.

Après avoir reçu un total de 36 candidatures de différents pays de l’UA, le comité de sélection, composé du consortium HAQAA2 (OBREAL, ENQA, AUA, DAAD) et de partenaires stratégiques (SARUA, CNAQ, IUCEA, NAQAAE, CAMES, ANAQ-SUP), a sélectionné quatorze projets en février 2022. Nous sommes heureux d’annoncer que les projets suivants ont été sélectionnés :

  1. Burkina Faso : Projet de diffusion et de renforcement des capacités dans le cadre de l’initiative HAQAA2 au Burkina Faso: “Projet DI.RE.C. HAQAA Burkina”coordinated by Mr. Seydou Golo BARRO
  2. Burundi : Utilisation des ASG-QA dans l’amélioration de la démarche qualité à l’Université du Burundi coordinated by Mr. Jean Chrysostome NDAMANISHA
  3. Cameroon : Renforcement des capacités en assurance qualité des acteurs de l’enseignement supérieur du Cameroun et du Tchad coordinated by Mr. Jean Baptiste BIKE MBAH
  4. Comores : Mise en place d’un service d’assurance qualité au sein de l’Université des Comores coordinated by Mr. Soule HAMIDOU and Mr. Ahmed BACAR AHMED
  5. Democratic Republic of the Congo : Dissémination des PAQAF et ASG-QA en République démocratique du Congo (RDC) : Théorie, Auto-évaluations institutionnelle & Benchmarking coordinated by Mr. Emmanuel KAMBAJA MUSAMPA and Mr. Georges MULUMBWA MUTAMBWA
  6. Egypt : ASG DASPA : Dissémination pour les universitaires arabophones par Amany EL-SHARIF
  7. Kenya : Renforcement des capacités de la QAA kenyane (CUE) et des EES dans le développement et l’application d’outils d’assurance qualité pour l’accréditation et le suivi des centres (ODeL) et des programmes académiques coordonné par Beatrice Odera-Kwach
  8. Madagascar : Développement d’une culture de la qualité́ dans les Etablissements d’Enseignement Supérieur (EES) de Madagascar par l’appropriation de l’ASG-QA pour la mise en place des systèmes d’accréditation et d’assurance qualité coordinated by Ms. Hanitra Sylvia ANDRIAMAMPIANINA and Ms. Eliane VAHINALAHAJA RAZAFINTSALAMA
  9. Mali : Les ASG-QA comme outil d’aide à la mise en œuvre d’une politique d’assurance qualité interne dans les IES du Mali coordinated by Mr. Solomani COULIBALY and Ms. Fatoumata KEITA
  10. Mauritius: Renforcement des capacités pour une compréhension partagée des systèmes d’AQI basés sur l’ASG-AQ dans les EES mauriciens, coordonné par Devarajen VENETHETHAN, Dr. Fareeda KHODABOCUS and Mr. Viswanaden PATTEN
  11. Mozambique : Construire une culture de la qualité dans les universités et les systèmes coordonnés par Dulce João NUNES LANGA and Mr. Geraldo Vernijo DEIXA
  12. Niger : Renforcement de capacités en assurance qualité des universités de Niamey et de Tahoua coordinated by Ms. Haoua SEINI SABO and Mr. Abdoulaye HAMADOU
  13. Uganda : Formation des responsables de l’assurance qualité pour sensibiliser et populariser l’application du cadre et des normes d’assurance qualité continentale (ASG-QA) dans les universités ougandaises, coordonnée par M. Richard OUMA et Mme Betty BIRABWA.
  14. Zambia : Renforcer les capacités des responsables de l’assurance qualité dans les collèges et les universités de Zambie, coordonné par Oscar MWALE

Nous attendons avec impatience les résultats qui permettront de promouvoir l’AQI de différentes manières, que ce soit par le renforcement des capacités en considérant le GSA-AQ, en fournissant du matériel de formation pour les universitaires arabophones en Afrique, ou en développant une compréhension et une culture communes pour l’AQI.

Les projets seront soutenus et accompagnés par l’initiative HAQAA. Un événement virtuel de lancement de deux jours a eu lieu en mars, et une réunion de suivi en juin.

   iv.         Projet de diffusion du réseau africain d’AQ

Le projet de diffusion des réseaux d’AQ rassemble des réseaux d’AQ de trois régions linguistiques : RAFANAQ (francophone), EAQAN (anglophone), et CNAQ (lusophone). Ils collaborent essentiellement à la promotion de l’ASG-QA à travers l’Afrique, et à la cartographie de son adoption et de l’événement auquel les pays et les régions se conforment. Un atelier réunissant des experts nommés par les trois réseaux participants a été organisé du 24 au 26 janvier 2022 au Tamarind, Tree Hotel, Nairobi, Kenya, pour lancer le processus. Les experts ont discuté de la méthodologie de diffusion de l’ASG-QA, y compris une cartographie de l’ASG-QA tel que mis en œuvre par les agences d’assurance qualité de l’enseignement supérieur aux niveaux national et régional. L’objectif général de l’atelier était de développer des outils et une feuille de route pour les phases de cartographie et de diffusion de l’ASG-QA.

     v.         Examens et visites de conseil pour les agences d’assurance qualité et les pays d’Afrique

  • Formation des experts en révision de l’Agence

Les examens des agences d’AQ et les visites de consultants sont en cours. Des équipes d’experts africains et européens ont été sélectionnées et deux sessions de formation ont eu lieu en avril, conçues pour aider les examinateurs à se préparer aux examens externes des agences et aux visites de consultants et à évaluer les rapports d’auto-évaluation que les agences et les ministères ont préparés. L’objectif de la formation était de familiariser les experts avec le GAS-AQ et de leur faire connaître le contenu, le format et la méthodologie du processus d’examen. Elle a également donné aux experts l’occasion de se familiariser avec le GSA-AQ et le contexte politique plus large, afin de mieux contextualiser les exigences des examens pilotes dans le cadre continental.

  • Task Force pour l’ASG-QA

L’ENQA a soutenu le travail de la Task Force HAQAA pour l’ASG-QA dans la préparation d’un guide de l’utilisateur pour l’ASG-QA. Le groupe de travail a terminé le processus de rédaction du guide des utilisateurs de l’ASG-QA. Le document a été partagé avec les ambassadeurs HAQAA pour solliciter des commentaires. La version finale du document est actuellement en cours de traduction en quatre langues. Il est prévu que le guide soit publié d’ici septembre 2022.

Revitalisation de la discussion sur le Système africain de transfert de crédits (ACTS)

Une définition politique d’un système africain de transfert de crédits (ACTS) a été élaborée en 2018 par un groupe d’organismes nationaux et régionaux dirigé par la Commission européenne et la Commission de l’Union africaine. Le processus suivi a comporté trois étapes. Premièrement, des informations sur l’état de l’art des crédits dans 35 pays africains ont été collectées. Ensuite, une recherche scientifique a été menée, basée sur une vaste enquête axée sur l’estimation de la charge de travail des étudiants africains, du point de vue des universitaires et des étudiants. Enfin, un rapport général a été élaboré, avec quelques recommandations fortes :

  1. Il est impératif d’avoir un accord commun sur la définition et la valeur d’un crédit dans les systèmes d’enseignement supérieur africains afin de promouvoir la transférabilité et la comparabilité – la clé pour harmoniser l’espace de l’enseignement supérieur africain et promouvoir la mobilité.
  2. Il est nécessaire de trouver un consensus sur la charge de travail d’une unité de crédit. La tendance générale est que 60 crédits sont équivalents à la charge de travail d’un étudiant à temps plein pendant une année universitaire. Nous recommandons donc d’adopter cette tendance internationale répandue de 60 crédits pour l’Afrique.
  3. Il est nécessaire de trouver un consensus sur le nombre d’unités de crédit pour chaque année et pour les différents programmes, c’est-à-dire la licence, le master et le doctorat.
  4. Il est nécessaire de parvenir à un consensus sur la charge de travail de l’étudiant sur une période d’un an, qui se situe entre 1 350 et 1 800 heures. Nous recommandons donc d’adopter une charge de travail comprise entre 1 350 et 1 800 heures pour l’Afrique, ce qui correspond bien aux normes internationales.
  5. Il est nécessaire de mettre en place un système de crédit continental harmonisé qui équilibre les différents systèmes qui existent sur le continent : pays anglophones, francophones et lusophones.

Bien que la proposition ait été intensivement discutée et approuvée dans le cadre du projet Tuning Africa II, elle n’a finalement pas été validée et rendue visible dans les sphères naturelles de l’enseignement supérieur africain (associations, ministères, universités, etc.). Depuis 2018, aucune activité concrète n’a été identifiée en lien avec le système africain de transfert de crédits.

Structure pour revitaliser la discussion ACTS

Dans le cadre de sa composante politique et en lien avec l’un des objectifs spécifiques de HAQAA2, qui consiste à soutenir la mise en œuvre du PAQAF et du CESA, l’équipe de mise en œuvre de HAQAA2 relance le débat sur le système ACTS en Afrique au cours de l’année 2022. Pour atteindre cet objectif, un groupe de travail sur le système africain de transfert de crédits (ACTS-TF) a été créé, composé de six personnes clés dirigées par OBREAL Global, l’AUA et le DAAD.

L’ACTS-TF travaillera avec le soutien des partenaires stratégiques régionaux qui sont déjà activement engagés dans la mise en œuvre des différentes composantes de HAQAA2 (NAQAAE, IUCEA, SARUA et CAMES). Ces partenaires stratégiques régionaux devront soutenir les activités et stratégies régionales qui impliqueront les différents acteurs clés dans la discussion ACTS.

L’objectif global est d’évaluer la proposition ACTS et son rôle dans le PAQAF/l’intégration continentale en Afrique, en ciblant différents groupes d’acteurs clés dans cinq régions africaines.

Série de webinaires, après le sommet Union européenne-Union africaine : Le sommet Afrique-UE et le secteur de l’enseignement supérieur

Cette série de webinaires virtuels a été organisée dans le cadre du suivi du Sommet Afrique-UE (17-18 février, 2022). Elle avait pour but de donner l’occasion au secteur de l’enseignement supérieur en Afrique et en Europe de mieux comprendre les engagements pris par le Sommet, de débattre de sujets spécifiques et de partager des initiatives qui contribueraient à atteindre les objectifs fixés et à créer des opportunités conformément à l’accent mis par le Sommet sur l’enseignement supérieur, les compétences et la recherche. Elle est organisée en collaboration entre l’AUA, le coordinateur du “Cluster” pour l’enseignement supérieur de la Stratégie continentale pour l’éducation de l’Union africaine (CESA) et OBREAL Global, avec le soutien et la contribution d’importantes associations régionales d’enseignement supérieur en Afrique et en Europe. La série est ouverte à toutes les parties prenantes intéressées du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche sur le continent africain, ainsi qu’aux homologues de l’UE et aux partenaires d’autres régions du monde qui s’intéressent de près au développement de l’enseignement supérieur africain et à sa projection mondiale.

1. Le sommet Afrique-UE : Principaux points à retenir pour le secteur de l’enseignement supérieur : Le webinaire de lancement a eu lieu le 24 mars 2022. Les objectifs du webinaire étaient de discuter des principaux enseignements pour le secteur de l’enseignement supérieur africain découlant du sommet Union européenne-Union africaine qui s’est tenu en février 2022. Des représentants de haut niveau de la Commission européenne, de la Commission de l’Union africaine, de l’Association des universités africaines (AUA), d’OBREAL Global, de l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD), de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA), de l’Académie africaine des sciences (AAS), du Conseil interuniversitaire d’Afrique de l’Est (IUCEA) et de l’Association des universités arabes (AARU) ont discuté des implications et des opportunités du sommet Union européenne-Union africaine.

Le séminaire en ligne a permis au secteur de l’enseignement supérieur en Afrique de mieux comprendre les engagements pris par le sommet, de débattre de sujets spécifiques et de partager des initiatives qui contribueraient à atteindre les objectifs fixés et à créer des opportunités conformément à l’accent mis par le sommet sur l’enseignement supérieur, les compétences et la recherche.

Les intervenants du continent africain se sont accordés pour identifier les domaines prioritaires suivants pour le développement de l’enseignement supérieur en Afrique : les aptitudes et les compétences, la qualité et l’assurance qualité, la recherche, les programmes de mobilité universitaire pour l’Afrique et les nouvelles innovations dans les universités africaines (telles que la transformation numérique).Les intervenants européens ont souligné les nouvelles perspectives et les nouveaux défis qui émergent des changements économiques, politiques, sociaux, technologiques, démographiques, climatiques et environnementaux. Les principales possibilités de partenariat ont été mises en évidence pour la transition verte et l’accès à l’énergie, la transformation numérique, la croissance et les emplois durables, la paix, la sécurité et la gouvernance, ainsi que la migration et la mobilité. L’initiative Global Gateway Africa-Europe a été soulignée, car elle vise à soutenir l’Afrique vers une reprise et une transformation fortes, inclusives, vertes et numériques. La Commission européenne a déclaré que les opportunités pour l’enseignement supérieur en Afrique étaient notamment les initiatives de développement du capital humain afin de soutenir l’accélération de la transition de l’Afrique vers une économie basée sur la connaissance scientifique et l’innovation, au profit du développement durable et de la transformation socio-économique.

2. Développement des compétences entrepreneuriales pour l’Afrique – Une nouvelle orientation et un nouvel élan le 25 mai 2022 : ce webinaire a exploré l’importance d’investir dans et de développer des compétences pertinentes pour l’entrepreneuriat, et les liens entre le secteur de l’enseignement supérieur et les emplois entrepreneuriaux ; l’un des principaux points focaux du Sommet Afrique-UE. Il a examiné les programmes actuels de l’UE et des autres États membres de l’UE qui soutiennent ce secteur, et a fait la lumière sur les nouvelles initiatives et alliances africaines qui œuvrent en faveur de l’agenda de l’entrepreneuriat.

3. Digitalisation et enseignement supérieur – Nouvelles opportunités et défis pour l’Afrique et l’Europe, le 22 juin 2022, axé sur les tendances de la numérisation dans le secteur de l’enseignement supérieur en Afrique. Exploration des défis actuels, liés au sillage de la crise Covid-19, mais aussi des opportunités qui en découlent. Explorer les besoins de formation du personnel et des étudiants pour tirer profit de la numérisation et aussi réfléchir à la manière dont l’Europe et l’Afrique peuvent coopérer dans ce domaine. Un accent particulier est mis sur l’enseignement et l’apprentissage, ainsi que sur l’internationalisation, et sur la manière dont la numérisation peut soutenir leur transformation. Les investissements de l’Union africaine et de l’UE à cet égard ont été mis en évidence.

4. La recherche universitaire au service de l’innovation, de la résilience et de la réduction de la pauvreté le 18 juillet 2022 : Le webinaire examine l’importance accordée par le sommet UE-Afrique aux capacités de recherche en Afrique et aux partenariats de recherche stratégiques entre l’Afrique et l’Europe. Il prend en compte les initiatives africaines continentales et Europe-Afrique pour le renforcement des capacités de recherche et d’innovation et met l’accent sur la manière dont la recherche en Afrique peut être orientée vers la résilience et la réduction de la pauvreté.

https://obsglob.org/africaeusummitandhighereducation

Leave a Reply

Your email address will not be published.