OBREAL Global

  1. Le projet Higher Education Reform Experts South Africa/HERE SA https://thensa.co.za/projects/higher-education-reform-experts-here/ a organisé un atelier de formation à la direction et une réunion des partenaires à Durban du 21 au 24 mars 2022, afin de déterminer comment adopter des approches plus cohérentes et plus efficaces de l’apprentissage par le travail, de l’éducation à l’entrepreneuriat et de l’enseignement de la quatrième révolution industrielle.
  2. OBREAL Global, en collaboration avec l’Association européenne de l’université, a organisé un pré-événement du sommet Afrique-Europe : Améliorer les systèmes d’enseignement supérieur par des approches régionales et interrégionales, le 10 février 2022. Le webinaire en trois parties a permis de partager des expériences et des exemples distincts de collaboration entre l’Afrique et l’UE dans le domaine de l’enseignement supérieur, mais a également souligné l’importance d’investir davantage dans des cadres favorables et dans le renforcement des capacités à différents niveaux. L’événement s’est concentré sur les cadres de coopération et d’intégration continentaux et régionaux : une base pour l’engagement de l’enseignement supérieur UE-Afrique, la reconnaissance des études pour l’intégration régionale et l’assurance qualité – une base pour l’échange et la collaboration. Il s’est appuyé sur l’engagement pris à Abidjan de relever les défis mondiaux et locaux en donnant la priorité à l’éducation et à la recherche.
  3. OBREAL Global, en tant qu’événement parallèle important à la Conférence mondiale de l’UNESCO qui s’est tenue à Barcelone en mai 2022, a co-organisé un Cocktail-Débat – L’enseignement supérieur et les ODD : Perspectives interrégionales avec l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD), l’Association africaine des universités (AUA) et l’Espace latino-américain et caribéen de l’enseignement supérieur (ENLACES), et avec le soutien de la Generalitat de Catalunya, du Service espagnol pour l’internationalisation de l’éducation (SEPIE), l’Union africaine, la Fondation UE-ALC, l’Université de Barcelone, l’initiative HAQAA et l’Association colombienne des universités (ASCUN), ce débat et ce cocktail ont été l’occasion de partager des perspectives interrégionales sur la manière dont les établissements d’enseignement supérieur abordent les ODD et sur la façon dont la coopération est essentielle à cet exploit. La réunion a eu lieu dans les jardins Ferran Soldevila du bâtiment historique de l’Université de Barcelone.

German Academic Exchange Service – DAAD

CAMES – DAAD: Networking and exchange for sustainable cooperation in higher education management, research and innovation

Dans le cadre de la coopération entre l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) et le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES), un événement partenaire virtuel a eu lieu le 10 mars 2022. Cet événement a été organisé dans le cadre du programme DIES, qui est coordonné conjointement par le DAAD et la Conférence des recteurs allemands (HRK) et financé par le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ).

L’objectif était d’accroître les connaissances sur les défis et les projets actuels dans la région des pays francophones d’Afrique ainsi qu’en Allemagne et en Europe et de promouvoir l’échange sur les thèmes actuels de l’enseignement supérieur. Le Dr Kai Sicks, secrétaire général du DAAD, et le Prof. Abou Napon, secrétaire général par intérim du CAMES, ainsi que le Dr Heike Kuhn, chef de la division éducation du BMZ, ont ouvert l’événement. Abiba Tidou SanogoKoné, Président de la Conférence des Recteurs des Universités des pays francophones d’Afrique et de l’Océan Indien, intitulé “L’état des lieux de l’enseignement supérieur dans l’espace CAMES : dynamiques de transformation qualitative” et Dr. Jens-Peter Gaul, secrétaire général de la HRK, intitulé “AktuellehochschulpolitischeEntwicklungen in Deutschland” (“Développements actuels de la politique de l’enseignement supérieur en Allemagne”). La deuxième partie de l’événement a offert au personnel du DAAD et du CAMES la possibilité de discuter et d’échanger sur les thèmes de la numérisation, de l’assurance qualité, de l’internationalisation et de la coopération universitaire et de recherche. L’événement s’est conclu par deux visites virtuelles de Bonn et de Ouagadougou. Les enregistrements des deux discours-programmes sont disponibles (en français et en allemand uniquement) ici. De plus amples informations en français sont disponibles sur le site du CAMES.

Association of African Universities – AAU

  1. Les vice-chanceliers africains débattent du renforcement des NREN

Les 21 et 22 février 2022, l’Association des universités africaines (AUA) a accueilli 25 vice-chanceliers de tout le continent pour discuter des réseaux nationaux de recherche et d’éducation (RNRE) et du rôle stratégique que les vice-chanceliers doivent jouer pour développer les RNRE dans leur pays. Les NREN sont des fournisseurs de services Internet spéciaux pour les communautés de l’éducation et de la recherche. Ils sont établis au niveau national pour fournir non seulement une infrastructure de connectivité Internet à haut débit abordable, mais aussi des services spécialisés requis par les communautés de l’éducation et de la recherche.

L’AUA a organisé cette réunion en reconnaissance du rôle vital que les vice-chanceliers doivent jouer dans la promotion des NREN pour faire avancer les stratégies de transformation numérique des universités africaines. Les leçons tirées au plus fort de la pandémie ont été instructives pour relever les défis de l’enseignement, de l’apprentissage, de la recherche et de la collaboration grâce à une infrastructure Internet robuste. La pandémie a également mis en évidence les coûts prohibitifs des données et de la connectivité, la fracture numérique persistante qui touche les étudiants et le corps enseignant, ainsi que l’insuffisance des infrastructures de réseau sur les campus de la plupart des établissements d’enseignement supérieur africains.

Lors de la réunion de Nairobi, il a été rappelé aux vice-chanceliers qu’ils ne devaient pas “rester spectateurs” du développement des NREN. Les vice-chanceliers ont un rôle important à jouer dans la sensibilisation de leurs gouvernements à l’importance des NREN. En tant que parties prenantes clés, les vice-chanceliers doivent faire partie de la structure de gouvernance des NREN et apporter leur soutien à la conception de NREN solides, transparents et responsables.

  1. Réunion virtuelle du cluster d’enseignement supérieur du CESA, organisée par l’AUA et l’INHEA.

Le 7 février 2022, l’Association des universités africaines (AUA) et le Réseau international pour l’enseignement supérieur en Afrique (INHEA) ont organisé une réunion sur le thème “L’avenir de l’enseignement supérieur en Afrique : Crise et résilience” dans le cadre du Pôle Enseignement supérieur de la Stratégie continentale d’éducation pour l’Afrique (CESA) 2016-2025. Il s’agissait de la première réunion virtuelle 2022 du cluster de l’enseignement supérieur de la CESA, organisée par l’AUA et l’INHEA, coordinateurs du cluster de l’enseignement supérieur de la CESA sous le patronage du département de l’éducation, de la science, de la technologie et de l’innovation de la Commission de l’Union africaine.  Les délégués à la réunion virtuelle ont exploré à la fois la crise du secteur dans le passé et le présent, tout en envisageant la résilience.

Des présentations ont été reçues des sous-groupes suivants : harmonisation, assurance qualité et accréditation ; inclusion du genre, équité et diversité ; recherche et enseignement supérieur ; affaires étudiantes ; enseignement supérieur privé ; enseignement ouvert, à distance et en ligne ; partenariats public-privé et entrepreneuriat ; TIC, bibliothèques et mise en réseau des universités ; programmes d’études, enseignement et apprentissage ; internationalisation et mobilisation de la diaspora ; édition savante et diffusion des connaissances ; leadership et gestion ; et professionnalisation de l’université.

Plusieurs questions ont été soulevées par les délégués, notamment le fait que l’opérationnalisation des sous-groupes de l’enseignement supérieur du CESA a été entravée par le manque de financement dédié ; la pandémie de COVID-19 a eu un impact dévastateur sur l’enseignement supérieur africain ; le développement de programmes d’études appropriés et pertinents était une priorité ; l’attention doit être accordée à l’enseignement à distance ouvert et à l’apprentissage électronique ; La recherche et la production de connaissances en Afrique ont été très faibles ; COVID-19 a eu un impact sérieux sur l’internationalisation ; les presses universitaires pour l’édition savante se sont “effondrées” ; l’académie africaine devient à temps partiel ; la profession universitaire en Afrique s’est syndiquée et cela a des implications pour l’enseignement supérieur.

Leave a Reply

Your email address will not be published.